Petites histoires d’autos confinées

Chère communauté, chers automobilistes,

Vous aussi vous avez connu dans votre quotidien d’automobiliste des situations incongrues, amusantes, révoltantes ou encore étonnantes ? Alors n’hésitez pas, comme Lucie, Léo, Louanne et Véronique, partagez-nous vos récits et vos petites histoires d’autos confinées !

UNE E30 QUI SUSCITE TOUJOURS L’ENVIE

Hier ça sonne à la porte. Bizarre, d’autant plus que j’habite vraiment en pleine campagne, au milieu du nulle part. D’ailleurs, j’avais presque oublié le son de ma sonnette tellement cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas servie…

Bref, j’ouvre et là un type me dit : ” bonjour monsieur, je passe tous les jours devant chez vous et je vois que votre vieille BM ne bouge pas, elle est en panne ? Elle est à vendre ? »

Je lui réponds :  ” rien de tout ça je respecte juste le confinement ». Il semblerait bien qu’après toutes ces années de loyaux services ma E30 soit toujours aussi désirable !

Sébastien

 

Je vote pour cette histoireJe partage mon histoire

UN ADMIRATEUR UN PEU FLIPPANT … HARRY, UN AMI QUI VOUS VEUT DU BIEN

Il y a six mois, on m’a offert une petite voiture pour fêter mon permis. Seul petit problème : elle ne ferme pas à clef. Elle reste donc garée dans ma rue pendant une semaine et je découvre souvent de petites surprises à chaque fois que je la reprends. Il faut savoir que ma voiture est souvent en pagaille, papiers, accessoires, gps etc.

Un samedi matin, je marche tranquillement jusqu’à ma voiture en redoutant une mauvaise surprise. Je l’ouvre et surpris je m’aperçois qu’elle a été entièrement rangée, tout est posé proprement et méthodiquement sur mon siège.

Flippant.

Léo B.

Je vote pour cette histoireJe partage mon histoire

COLD CASE 

C’était il y a 15 ans maintenant.

Le vendredi soir, c’était un 31 mars, on décide avec mon mari, de partir en week-end. On prend ma voiture et laissons celle de mon mari sur le parking, dans la rue de notre immeuble. De retour chez nous, le lundi matin, on se lève comme à notre habitude pour aller au boulot sauf que …

La voiture de mon mari n’est plus là, du moins plus à sa place. … Direction la gendarmerie pour déclarer le vol ! Le gendarme nous demande si on a bien cherché, puis si nous n’avions pas bu, puis nous dit que c’est certainement une blague car c’était le week-end du 1er avril…

Bref, au final, impossible de déclarer le vol. Une semaine plus tard, la voiture est de nouveau à sa place, comme si de rien n’était …Enfin si avec 1000 km de plus au compteur…. Affaire toujours non résolue à ce jour !

LE GPS CE FAUX AMI  

Été 2019, c’est le début des vacances. Direction Perros Guirrec en Bretagne avec des amis.

Comme avant chaque départ, on allume le GPS, histoire de ne pas se tromper. 4 heures de route plus tard, nous voilà enfin arrivés à destination. Étrange, pas de mer en vue, pas de centre-ville non plus.

C’est donc ça Perros Guirrec ? Perdus au milieu de nulle part, nous voyons une habitante sortir de chez elle, nous lui demandons notre route : « vous êtes bien à Perros, simplement pas dans le bon département, mais ne vous inquiétez pas c’est juste à 150 km ». 

Les vacances commencent bien  😀

La ligne d’échappement : explications techniques et conseils d’entretien

Trop souvent oublié des automobilistes, le système d’échappement est un acteur essentiel au bon fonctionnement de votre moteur. Il permet de réduire les nuisances sonores et contribue à diminuer les émissions polluantes. C’est pourquoi il est nécessaire de le contrôler et de l’entretenir régulièrement, notamment pour faciliter votre passage au contrôle technique.

LA LIGNE D’ÉCHAPPEMENT, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Dernière étape du parcours du carburant dans le véhicule, la ligne d’échappement désigne plus communément le circuit permettant de rediriger les gaz de combustion provenant du moteur à l’extérieur du véhicule.

Sa composition varie selon qu’il s’agisse d’un moteur essence ou diesel, d’une voiture ancienne ou d’une voiture neuve, mais dans tous les cas, on retrouvera toujours les éléments suivants :

  • Le collecteur d’échappement, qui s’occupe de recevoir les gaz directement émis par le moteur.
  • Le catalyseur ou pot catalytique, pièce maîtresse et obligatoire depuis 1997 qui permet de transformer les gaz d’échappement toxiques en dioxyde de carbone et en eau.
  • Le FAP (sur les voitures diesel), qui permet de bloquer les particules fines contenant du carbone.
  • Le silencieux avant ou pot de détente, qui permet de ralentir et de refroidir les gaz après la catalyse.
  • Le silencieux arrière ou pot d’échappement, qui permet de réduire au maximum les nuisances sonores avant la sortie des gaz.

Comment fonctionne une ligne d'échappement ?

Le fonctionnement du système d’échappement débute à l’arrière du bloc moteur, à l’avant du véhicule. Le collecteur, rattaché à la culasse réceptionne les gaz d’échappement issus du moteur et transporte la chaleur vers l’arrière du véhicule afin d’amplifier l’oxydation des hydrocarbures non consommés et du monoxyde de carbone.

Les gaz d’échappement arrivent ensuite au niveau du pot catalytique, qui transforme les gaz toxiques en dioxyde de carbone et en vapeur d’eau grâce à l’aide des catalyseurs. Il élimine à lui seul plus de 90 % des gaz les plus nocifs.

Une fois la plupart des gaz toxiques éliminés, le silencieux prend le relais pour les entraîner à l’intérieur des chambres de résonance en vue de diminuer les bruits d’échappement. Ainsi, les gaz émanant du pot d’échappement sont bien moins toxiques et bruyants que ceux constatés à la sortie du moteur.

Les principales causes de dégradations

Comme toutes les pièces qui composent votre véhicule, le système d’échappement est lui aussi soumis à l’usure. En cause, la corrosion, les fortes montées en température et les chocs.

La corrosion peut être d’ordre interne (liée à des éléments internes au véhicule) ou externe (liée à des éléments extérieurs). La corrosion interne est principalement liée à la circulation en milieu urbain. En effet, lors de petits trajets, la condensation issue du démarrage n’est pas éliminée, le pot s’emplit alors d’une eau chargée d’acide qui attaque les parois internes entraînant la corrosion.

La corrosion externe quant à elle se produit lorsque l’enveloppe externe de l’échappement subit des projections d’eau, de boue et de sel entraînant une oxydation.

De-même, lorsque le moteur est en marche, le système d’échappement atteint des températures très élevées. Par exemple, en roulant à 130 km/h, la température intérieure peut monter jusqu’à 900°C. Cette différence de température entre l’échappement et l’air extérieur entraîne elle aussi une détérioration du système.

Enfin, comme toutes les pièces automobiles, l’échappement est soumis à des chocs lors de la circulation (nid-de-poule, dos-d’âne, trottoir), ce qui entraîne progressivement l’usure des différents organes.

Les principaux signaux de défaillance de la ligne d'échappement

  • Des bruits anormaux lorsque le moteur tourne
  • Des vibrations ou un bruit de claquement au niveau du plancher

  • Une perte de puissance

  • Des fumées noires

  • Une consommation excessive de carburant

Nos conseils d'expert pour entretenir votre ligne d'échappement

Pour éviter que votre ligne d’échappement ne se dégrade, nous vous conseillons fortement d’effectuer de longs trajets de manière régulière afin de favoriser la bonne évaporation de l’humidité.

Si votre voyant témoin « mini carburant » est allumé, évitez de rouler trop longtemps avec. En effet, l’irrégularité d’alimentation au niveau du moteur entraîne la détérioration du pot catalytique.

Protection des moteurs (39)

Polissage et Lustrage (7)

Pack nettoyage Intérieur (5)

Pack Nettoyage extérieur (10)

Pack Entretien (15)

Pack Brillance (3)

Neoclean (44)

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D‘ENTRETIEN

LE CIRCUIT DE REFROIDISSEMENT : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D‘ENTRETIEN

Le circuit de refroidissement est un acteur essentiel au bon fonctionnement de votre moteur et constitue souvent l’une des premières causes de panne. C’est pourquoi il est nécessaire de le contrôler régulièrement, notamment avant les départs en vacances et les longs trajets.

Les experts Metal 5 vous donnent quelques conseils pour vous aider à comprendre son rôle et le maintenir en bon état de marche.

Le circuit de refroidissement, qu’est-ce que c’est ?

Le circuit de refroidissement est un système assez complexe qui comme son nom l’indique, a pour objectif de refroidir le moteur de votre véhicule, et ce dans le but d’éviter les risques de surchauffe susceptibles de causer des pannes coûteuses.

En effet, lors du démarrage, le moteur doit monter rapidement en température pour fonctionner efficacement et éviter une trop forte consommation de carburant. Toutefois, passé la barre des 120°, certaines pièces du moteur commencent à se dégrader. Pour les maintenir à bonne température (entre 75 et 95°) le moteur a donc besoin d’être refroidi, c’est le rôle du circuit de refroidissement.

Ce dernier repose sur la circulation d’un liquide à basse température acheminant les calories vers le radiateur afin de les rejeter dans l’air.

Le principe

Pour mener à bien sa mission, le circuit de refroidissement est composé de plusieurs éléments qui permettent la bonne circulation du liquide de refroidissement et ainsi la bonne température moteur :

  • Les durits : tuyauteries qui permettent au liquide de refroidissement de circuler.
  • Le radiateur de refroidissement : qui permet au liquide de refroidir.
  • La pompe à eau : accélérateur de débit de liquide.
  • Le calorstat (thermostat) : valve qui contrôle la circulation du liquide de refroidissement.
  • Le liquide de refroidissement : composé d’eau, de glycol et d’additifs qui évitent le gel et l’ébullition.
  • Les ventilateurs.

Le mode de fonctionnement

Au moment du démarrage, le moteur est froid, pour que ce dernier fonctionne correctement, il doit atteindre une certaine température. Pour favoriser une montée en température rapide du moteur, une partie du circuit est alors réduite à l’aide d’un calorstat (thermostat). Le calorstat joue le rôle de « contrôleur de température ». Il s’ouvre et se ferme en fonction de la température du moteur, laissant ainsi circuler ou non le liquide de refroidissement dans l’ensemble du circuit de refroidissement.
Lorsque le moteur est arrivé à température idéale, le calorstat s’ouvre pour permettre au liquide d’accéder à l’autre partie du circuit afin d’éviter une surchauffe. Le liquide sort alors chaud du circuit du bloc moteur, pour être ensuite envoyé vers le radiateur qui le refroidit grâce aux flux d’air venant de l’extérieur. Le liquide refroidi repasse par le circuit du bloc moteur pour le refroidir et le maintenir à une température optimale de 90° environ.
Les ventilateurs qui diffusent l’air dans le radiateur permettent de refroidir le liquide plus rapidement.

Votre tableau de bord vous permet de contrôler la température de votre moteur, grâce à l’aiguille de température qui indique le niveau de température. Lorsque que celle-ci monte à son maximum, c’est le signe d’une surchauffe, il est alors plus prudent de s’arrêter.

Absence de nettoyage du circuit de refroidissement : les risques

Les conséquences d’un défaut de refroidissement sont une absence de protection du moteur, sa surchauffe ou encore une montée en pression susceptibles d’endommager le joint de culasse.

Nos conseils d’experts pour entretenir votre circuit de refroidissement

  • Rouler lentement dans les embouteillages plutôt que de s’arrêter et de s’avancer.
  • Éteindre le moteur si la circulation est bloquée et couper la climatisation.
  • Changer régulièrement l’huile.
  • Vérifier le bon fonctionnement des ventilateurs.
  • Contrôler le niveau de liquide de refroidissement, moteur à froid.

Nos solutions

Les additifs circuit de refroidissement Metal 5 permettent de prévenir la corrosion en nettoyant en profondeur le système de refroidissement de votre voiture. L’anti-fuite radiateur colmate les micro-fuites du circuit de refroidissement et assure l’étanchéité du radiateur et de ses joints.
Alors, pour éviter toute grosse panne sur votre voiture, optez pour la gamme d’additifs liquide de refroidissement Metal 5 !

VANNE EGR : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D’ENTRETIEN

LA VANNE EGR : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D‘ENTRETIEN

Saviez-vous que la vanne EGR représentait la panne la plus fréquente sur un véhicule diesel ? Quelle est son utilité et comment la garder en bon état de marche ? Les experts Metal 5 font le point pour vous.

LA VANNE EGR, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Inventée aux États-Unis dans les années 70 et testée par Generals Motors pour réduire les émissions de Nox (Oxyde d’azote), la vanne EGR (Exhaust gaz recirculation) est rendue obligatoire sur les moteurs diesel récents par les normes antipollution européennes qui imposent depuis 2015 un taux d’émission maximum de 80mg/km (contre 180mg/km en 2009).

La vanne EGR est donc un système qui permet d’éliminer les particules de gaz toxique produites par le moteur en redirigeant une partie des gaz d’échappement dans l’admission. Selon le type de moteur, la quantité de gaz réinjectée varie de 5 à 35%.

Le principe

Lorsqu’un moteur diesel tourne au ralenti ou à bas régime (2500tr/min), une partie des gaz d’échappement n’est pas entièrement brûlée, entrainant ainsi un rejet d’excès d’oxyde d’azote et de particules fines dans l’atmosphère.

Pour minimiser ces rejets allant à l’encontre des normes européennes, les constructeurs ont installés une pièce à clapet qui redirige vers l’injection ces gaz d’échappement afin de les brûler une seconde fois avant de les refroidir. Grâce à cette seconde combustion, le taux de particules fines est ainsi mécaniquement réduit.

Bien qu’efficace pour lutter contre le taux d’émission de Nox, ce système a le désavantage de créer de la suie, qui sur le long terme fini par encrasser le système d’injection et boucher la vanne elle-même. En effet, si le clapet de la vanne bouchée reste en position fermée, le véhicule fonctionnera normalement mais polluera davantage, à l’inverse, si le clapet reste ouvert en permanence, cela risque d’endommager drastiquement le système d’admission de votre auto. C’est pourquoi il est nécessaire de procéder régulièrement à l’entretien de votre système EGR en adoptant une conduite et des gestes adaptés.

Nos conseils d’expert pour entretenir votre vanne EGR

Perte de puissance, voyant moteur, fumées noires … si vous constatez l’un de ces symptômes, c’est que votre vanne EGR est probablement endommagée.  Pas de panique, avant d’envisager de la changer, quelques gestes simples peuvent permettre de la désencrasser.

En effet, la panne de la vanne EGR survient généralement à cause des petits trajets quotidiens effectués à vitesse réduite avec un moteur froid. C’est pourquoi nous vous conseillons d’emprunter l’autoroute et de rouler à haut régime à une vitesse d’environ 130 km/heure, soit une approximation de 3.000 tours par minute pendant 15 minutes pour brûler la calamine accumulée dans le système. Vous pouvez également procéder à un nettoyage complet et régulier de votre vanne EGR avec un produit spécifique et adapté à injecter dans le réservoir de carburant.

Nos solutions

METAL 5 Premium – Nettoyant Turbo Diesel – 1 L

45,00
Traitement curatif alliant une combinaison d’additifs oxydants, anticorrosion et lubrifiants pour un résultat optimum.

METAL 5 – Nettoyant injection Essence – 300 ml

26,25
Nettoie les injecteurs, les soupapes et le circuit de carburant

METAL 5 – Dispersant Eau Essence ou Diesel – 300 ml

13,85
Elimine votre eau de condensation du réservoir et facilite le démarrage à froid

METAL 5 – Octane Booster Essence – 300 ml

20,75
Améliore la combustion, la puissance moteur et évite l'encrassement

METAL 5 – Nettoyant injection Diesel – 300 ml

26,65
Compatible avec les pots catalytiques et les filtres à particules

METAL 5 – Nettoyant Vanne EGR Diesel – 300 ml

31,85
Supprime les fumées noires et limite les surconsommations de carburant

METAL 5 – Kit Nettoyage Vanne EGR

34,10
Nettoie tout le circuit d'admission d'air & de carburant ainsi que la vanne EGR

RETOUR EN IMAGE SUR LE 3ÈME RALLYE PORTUGAL TOUR

Du 11 au 15 novembre 2019 se déroulait le Portugal Tour, retour en images sur un événement automobile mêlant plaisir de conduire dans un pays fait de culture, de traditions et d’histoire.

Etape 1 : Vilamoura – Beja – Evora (310 km)

Après une première journée de vérifications techniques et administratives ce lundi 11 novembre sur la très élégante Marina de Vilamoura, pilotes et copilotes ont quitté l’Algarve le 12 novembre sous un soleil radieux pour rejoindre Beja. Après un déjeuner à la Pousada, les participants ont ensuite rejoint le village médiéval de Monsaraz avant d’atteindre Évora, ville aux multiples trésors architecturaux ou les participants étaient attendus pour passer la nuit.

Côté classement, l’équipage PARADA / COSTA (BMW 2002 Tii) s’empare du commandement de la catégorie « Classic » tandis que les époux COLETTE réalisent de jolies performances au volant de leur Porsche 964 prenant ainsi la tête de la catégorie « Prestige ».

LES INJECTEURS : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D‘ENTRETIEN

Pièces maitresses de votre moteur, les injecteurs sont des éléments essentiels à son bon fonctionnement. Robustes et présents aussi bien sur les moteurs diesel et essence, ils peuvent néanmoins s’encrasser au bout de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Il est donc essentiel de bien les entretenir pour éviter un changement qui pourrait s’avérer très couteux. A quoi servent-ils et comment les nettoyer ? Métal 5 vous apporte des éléments de réponses !

Anecdote : le premier moteur à injection fut breveté en 1893 par l’ingénieur Rudolph Diesel. D’abord utilisé pour les moteurs d’avion, c’est avec le lancement de la Mercedes 300 SL dans les années 1950 que l’injection en série se démocratise.

Rôle et principe de fonctionnement

Situé à l’entrée du cylindre ou dans la tubulure d’admission, le rôle de l’injecteur consiste à pulvériser le carburant sous forme de microscopiques gouttelettes au moment de la fin du cycle de compression.

En effet, pour que votre voiture démarre, il est nécessaire qu’il y ait une combustion air/carburant. Le système d’injection a alors pour objectif de calculer ce rapport carburant/air pour que la combustion se fasse.

La quantité exacte de carburant est alors libérée par l’injecteur soit directement dans le conduit d’admission en cas d’injection indirecte (essence), soit directement dans la chambre de combustion en cas d’injection directe (diesel ou essence).

Aujourd’hui, les injections sont gérées par un système électronique ce qui permet d’améliorer les performances du moteur et de diminuer la consommation de carburant et les toxines polluantes rejetées par l’échappement.

Les causes de l’encrassement

En principe, un injecteur à une durée de vie assez longue, c’est pourquoi on recommande souvent de les remplacer tous les 150 000 kilomètres. Toutefois, les problèmes d’encrassement sont fréquents. En cause la qualité du carburant ainsi que les dépôts de calamine et de résine dû à la combustion, qui finissent par obstruer les injecteurs, ce qui a pour conséquence de diminuer la performance du moteur, tout en augmentant la consommation de carburant.

Les symptômes d’un injecteur encrassé

Un injecteur encrassé se manifeste souvent par les symptômes suivants :

> une perte de puissance du moteur

> une fumée d’échappement noire

> une surconsommation de carburant

> un ralenti capricieux

> un démarrage difficile

> une odeur de carburant persistante

> des trous d’accélération

Si votre véhicule présente ces symptômes, alors il est fort probable que vos injecteurs soient encrassés, toutefois avant d’envisager de les remplacer, quelques gestes simples peuvent permettre de les désencrasser.

Nos conseils d’expert pour entretenir vos injecteurs

> Choisissez du carburant de qualité, surtout si vous effectuez de nombreux trajets en ville.

> Évitez de laisser votre réservoir presque vide pour limiter la corrosion de la pompe et des injecteurs, surtout si vous immobilisez votre véhicule un certain moment.

> Purgez vos filtres et utilisez de l’huile de qualité pour préserver votre moteur et favoriser sa longévité.

> Roulez de temps en temps sur voie rapide afin de monter dans les tours pour décrasser le moteur.

> Utilisez un additif en préventif afin d’éviter l’encrassement et le point de non-retour, ou curatif si vous avez attendu trop longtemps.

METAL 5 Premium – Nettoyant Turbo Diesel – 1 L

45,00
Traitement curatif alliant une combinaison d’additifs oxydants, anticorrosion et lubrifiants pour un résultat optimum.

METAL 5 – Nettoyant injection Essence – 300 ml

26,25
Nettoie les injecteurs, les soupapes et le circuit de carburant

METAL 5 – Dispersant Eau Essence ou Diesel – 300 ml

13,85
Elimine votre eau de condensation du réservoir et facilite le démarrage à froid

METAL 5 – Octane Booster Essence – 300 ml

20,75
Améliore la combustion, la puissance moteur et évite l'encrassement

METAL 5 – Nettoyant injection Diesel – 300 ml

26,65
Compatible avec les pots catalytiques et les filtres à particules

L’ENCRASSEMENT DU MOTEUR : EXPLICATIONS TECHNIQUES ET CONSEILS D’ENTRETIEN

Malgré la généralisation des nouvelles techniques d’alimentation par injection électronique et l’apparition de carburants de plus en plus sophistiqués, nos moteurs continuent à s’encrasser… 

Quelles en sont les causes et comment en prendre soin ? Nos experts Metal 5 font le point pour vous.  

LES PRINCIPALES CAUSES DE L’ENCRASSEMENT DU MOTEUR

Les carburants :

Il s’agit de la première cause de l’encrassement. Tous les carburants, essences ou Diesel, répondent aux normes administratives en vigueur mais ils sont de qualité très hétérogène selon les marques et les lieux de distribution. Ces différences de qualité nuisent au bon fonctionnement des moteurs et perturbent les réglages d’origine.

L’eau :

La pire ennemie des moteurs. Invisible, elle est présente dans tous les carburants, et quelles que soient les précautions prises, on ne peut empêcher son apparition.

L’eau de condensation

elle résulte des écarts de température et de l’humidité ambiante. Elle se dépose dans les cuves des stations-service, dans les réservoirs, les chambres de combustion ou les circuits d’alimentation des automobiles.

L’eau accidentelle

elle peut pénétrer dans les réservoirs par les durites de remplissage ou les dispositifs de mise à l’air libre, à l’occasion d’un plein sous la pluie.

L’eau dans le Diesel

Contrairement à l’essence qui repousse l’eau, le Diesel l’absorbe et se mélange intimement avec elle risquant de perturber, voire d’abîmer gravement, la pompe à injection.

La conduite urbaine et les embouteillages

En zones urbaines, les voitures sont généralement utilisées sur des trajets courts et les moteurs atteignent rarement leur température idéale de fonctionnement (90°C) et ils brûlent très imparfaitement le mélange air-carburant. Comme ce mélange est enrichi au démarrage, la combustion incomplète produit des résidus carbonés dont une partie est évacuée à l’échappement mais dans le reliquat se dépose dans les parties métalliques du moteur.

La réglementation antipollution

Elle privilégie la lutte contre la pollution au détriment de la propreté des moteurs. Pour lutter contre la pollution, le législateur a obligé les constructeurs à recycler les vapeurs d’huile pour qu’elles soient brûlées dans les chambres de combustion. C’est excellent pour l’environnement, mais dramatique pour la propreté des moteurs. En effet, les vapeurs d’huile se déposent sous forme de film dans différentes parties du moteur. Si le filtre à air n’est pas changé régulièrement, le moteur peut être encrassé dès 50 000 km !

NOS CONSEILS D’EXPERT POUR LIMITER L’ENCRASSEMENT DU MOTEUR

Label UTAC

Privilégiez les carburants disposant du « label UTAC carburants » : cela vous évitera une cause d’encrassement.

Faire le plein au bon moment

Évitez de faire le plein au moment où un camion-citerne effectue une livraison. Le remplissage des cuves entraîne un brassage des impuretés et de l’eau de condensation stockées en fond de cuves, et vous risquez de retrouver le tout dans votre réservoir.

Une « sortie » sur autoroute

Effectuez régulièrement une « sortie » sur autoroute à régime soutenu pendant une cinquantaine de kilomètres pour remédier aux encrassements légers.

Le circuit d’air

Procédez à un nettoyage du circuit d’air et de la chambre de mélange en même temps que vous changez le filtre à air (tous les 15 à 20 000 kms).

Le circuit de carburant

Nettoyez votre circuit de carburant tous les 10 000 km.

Nos solutions

METAL 5 Premium – Nettoyant Turbo Diesel – 1 L

45,00
Traitement curatif alliant une combinaison d’additifs oxydants, anticorrosion et lubrifiants pour un résultat optimum.

METAL 5 – Nettoyant injection Essence – 300 ml

26,25
Nettoie les injecteurs, les soupapes et le circuit de carburant

METAL 5 – Dispersant Eau Essence ou Diesel – 300 ml

13,85
Elimine votre eau de condensation du réservoir et facilite le démarrage à froid

METAL 5 – Octane Booster Essence – 300 ml

20,75
Améliore la combustion, la puissance moteur et évite l'encrassement

METAL 5 – Nettoyant injection Diesel – 300 ml

26,65
Compatible avec les pots catalytiques et les filtres à particules

DES RÉSULTATS VALIDÉS PAR LES PROFESSIONNELS

METAL 5 INTÉGRAL CONTRIBUE À LA RÉDUCTION DU CO, DU NOX…

Afin de contrôler l’efficacité de Metal 5 Intégral, une série de tests a été effectuée par des professionnels de l’automobile. Ces vérifications ont été pratiquées à l’aide d’outils de diagnostics authentifiés et certifiés. Les résultats, que l’on peut observer dans le schéma au-dessous, se passent de commentaires.

Les produits que nous vous recommandons